Nos jeunes sont-ils « hyperconnectés »?

Que la paix soit sur vous 🙂

Etre libre, ce n’est pas pouvoir faire ce que l’on veut, mais c’est vouloir ce que l’on peut »

Heureuse de vous écrire cet article qui j’espère nous aidera à mieux éduquer nos enfants face aux écrans. Pour commencer, j’aimerai vous faire part d’une étude : un étudiant en psychiatrie, Jacky Gautier, a fait une enquête pour essayer de définir qui se sentait dépendant du Net. Il a ouvert un site à cet effet en posant une question : « L’utilisation d’Internet retentit-elle sur votre santé et sur votre entourage? Internaute occasionnel, passionné ou chevronné, votre participation va permettre d’étudier l’Internet-dépendance. » Résultat, selon l’initiateur de l’étude, « les personnes qui ont le sentiment d’être dépendants à Internet sont principalement des hommes (près de 75% des réponses) jeunes (entre 15 et 30 ans). Leurs principale activité est la participation à des chatrooms (dans 23% des cas), des jeux en réseau ou la consultation de sites à caractère sexuel. Quand la pratique d’Internet prend cette tournure et devient incontournable, il n’y a qu’une solution : diminuer les doses.

Par le passé, nous éprouvions une  certaine peur lorsque notre enfant quittait le foyer familial. Aujourd’hui, le danger peut se trouver dans tous les coins de la maison. Pour ces raisons, il est indispensable d’amener nos jeunes à réguler leur usage et leur pratique des écrans. Face aux risques, le véritable enjeu pour les parents reste d’amener le jeune à être partenaire dans l’usage de ces nouvelles technologies, c’est-à-dire d’établir, avec lui, les lignes de conduites d’une utilisation raisonnée et encadrée. Les risques peuvent naître, d’une part d’une utilisation excessive allant jusqu’à la dépendance ou, d’autres part, d’une utilisation inappropriée des outils. L’art d’être parent à l’ère du numérique s’accompagne de nouveaux défis! Comment accompagner les jeunes dans l’usage des nouvelles technologies, que ce soit Internet et les réseaux sociaux, les téléphones portables, les textos, les lecteurs numériques portatifs, le harcèlement en ligne, la télé-réalité, les jeux virtuels. Sans compter que d’ici quelques années, la liste se sera probablement encore allongée! Cet article offre quelques pistes de réflexion et des outils concrets pour s’adapter au moyen de communication disponibles aujourd’hui, et trouver un mode de fonctionnement qui ait un impact éducatif positif sur les jeunes.

Une prise de conscience : Écrans et enfants comment les préserver ?

Quand on est fou d’écran

Nos jeunes seraient-ils touchés par le virus de l’OCD, online compulsive disorder; autrement dit la cyberdépendance: on est accro à l’écran et on reste connecté en permanence, en oubliant tout le reste? Les deux chercheurs américains (Edward Hallowell de Harvard et John Ratey) qui ont découvert ce nouveau trouble n’ont pas hésité à le qualifier de « nouveau virus ». Le danger selon eux : devenir incapable de penser autrement que par les flashs. Certains jeunes en général reconnaissent rester jusqu’à quatorze heures par jour devant leur écran; Difficile d’interrompre un jeu en plein milieu d’après eux. Les spécialistes s’accordent pour différencier deux types d’usagers réguliers du Net : les « gourmands », qui passent de 15 à 20 heures par semaine en ligne, et les « drogués », qui se laissent piéger par l’écran jusqu’à 70 heures par semaine. Au-delà de deux heures par jour, on parle de surconsommation. Deux heures, à la réflexion, c’est déjà beaucoup de temps grignoté sur les autres activités courantes de la journée, l’école mise à part : les devoirs, les amis, les repas en famille, la lecture, le sommeil, les jeux en plein-air et surtout les prières (cette connexion Divine nécessaire au bien-être du corps et de l’âme). Poussant leur pratique à l’extrême, certains accros de l’écran n’arrivent parfois à ne plus communiquer qu’à travers la machine, y compris avec leurs proches ou leurs parents, qui n’ont plus droit qu’à des  SMS ou des e-mails. Et plus un mot à table! (lisez le livre « Ados, comment on vous manipule » de Viviane Mahler)

jeune dessin connecté

Notre rôle : éduqué à devenir responsable et autonome!

Nous sommes responsables de ce que l’on entend, voit ou pense : voici un concept très important à inculquer à nos jeunes. Lors de mes interventions auprès des parents, nombreux sont ceux qui me demandent « Alors quelle est la solution pour que mon jeune ne soit pas autant connecté? Vous me faites part de son changement de comportement (violence, isolement, non-respect des règles de vie en famille et avec autrui…) et de vos doutes. Qu’on se le dise, je n’ai pas de solution miracle pour que votre jeune ne soit plus connecté cependant je peux vous offrir des outils de réflexion pour que vous-même puissiez soigner et éduquer votre enfant. Car chaque parent et chaque enfant est différent, qui est plus à même d’aider son enfant que vous-même? Ayez confiance en vous et soyez à l’écoute de votre cœur.

Tout d’abord nous devons prendre le temps de redéfinir nos objectifs éducatifs, notre vision en nous posant cette question : A qui voulons nous que notre enfant ressemble en grandissant ?(lire l’article 10-qualités-a-développer-chez-nos-jeunes-pour-une-personnalité-forte-et-confiante/) Que souhaitons-nous leur enseigner? (lire l’article « Attitudes parentales : que souhaitons-nous enseigner à nos jeunes?« ) Votre jeune est-il dépendant ou non aux écrans (voir le paragraphe ci-dessus concernant le nombre d’heures passé devant l’écran?) Pourquoi est-il si dépendant des écrans? Avec qui parle t’il (téléphone, réseaux sociaux) ? Quel type d’émission, de jeux regarde-t-il? Quel type de réseau social utilise t’il (Facebook, snapchat, instagram?) Avec quel outil numérique se connecte-t-il (Ordinateur personnel ou familial, téléphone, tablette…)? Qu’est-ce ce qui vous fait le plus peur lorsqu’il est connecté (harcèlement, visionnage de site et jeux interdit, utilisation d’un langage grossier, violence, non respect de ces devoirs en vers Dieu, lui-même, sa famille, ses amis, ses professeurs…)? Qui finance ces outils numériques? Quels sont les limites choisit par vous et votre enfant concernant l’utilisation des écrans? Avez-vous fait part de vos peurs et de vos convictions à votre enfant? De nombreuses questions qui doivent vous amener à mieux comprendre l’hyper-connexion de votre jeune pour mieux le guider avec l’aide de Dieu. Soyez le plus honnête possible avec vous-même et votre jeune, puis agissez (notez vos réponses et votre vision, les écrits restent et sont une trace de notre engagement, source de motivation lorsque nous les relisons et voyons le chemin parcouru). Dieu s’Il vous a donné cet enfant c’est qu’Il sait que vous êtes responsables et capables d’éduquer cet « Amana » (cadeau). Après il faut être capable de remettre notre entière confiance en Dieu car nous ne guidons pas qui nous aimons.

Que faire? Éduquer leur regard. Dieu dit : « Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. L’ouïe, la vue et le cœur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé. » (S17, V36) Ce verset prouve que chaque personne est responsable de ce qu’elle fait. Ainsi nous nous devons d’utiliser nos sens de la meilleure des façons afin de plaire à Allah.  Les croyants sont décrits comme ceux qui évitent les discours vains. Allah dit : « Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités… » (S23, V1-3) Et Il dit : « Et quand ils entendent des futilités, ils s’en détournent et disent : « A nous nos actions, et à vous les vôtres. Paix sur vous. Nous ne recherchons pas les ignorants ». » (S28, V55). Allah ordonne également aux croyants d’abaisser leur regard. Il dit : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C’est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît… »(S24, V30-31)

Le Prophète Mohammad (saws) dit : Sa’îd al-Khoudrî qu’Allah soit satisfait de lui, rapporte que le Prophète saws a dit : « Évitez de vous asseoir sur les routes publiques. » Ils dirent : « Ô messager d’Allah, nous n’avons pas d’autres choix que de nous asseoir sur ces routes. C’est là que nous discutons de nos affaires. » Le Prophète dit alors : « Si vous devez le faire, assurez-vous d’observer les droits des routes publiques. » Ils dirent « Et quels sont ces droits ? » Il dit : « Baisser le regard, ne nuisez à personne ; saluez les gens avec la paix ; enjoignez ce qui est bien et interdisez ce qui est mal » (Unanimement reconnu)

Ce concept a pour objectif de rendre notre jeune très prudent en ce qui concerne leurs choix d’émissions de télévision et de films. C’est aussi ce qui lui permettra de sélectionner les  livres qu’il lira, le genre de musique qu’il écoutera, ainsi que le type d’ami qu’il fréquentera. C’est cette notion qui, lorsqu’elle est enracinée en lui, lui fera éteindre la télévision lorsqu’il y a une scène indécente ou un mauvais langage. Cela l’aidera à éviter de dire du mal ou à prendre part à des discussions futiles.

Suggestions pour réguler l’utilisation des outils numériques en co-responsabilité

  1. Donner aux jeunes des choix limités sur la durée d’utilisation des écrans. On établit avec eux un temps global d’écran par jour (en dehors des devoirs) qui varie en fonction de l’âge de l’enfant et du moment (en semaine, le week-end…). Ceci leur permet de devenir responsables et d’apprendre à s’autoréguler. Par exemple, activer un contrôle parental sur le compte de ses enfants. Faire financer les surcoûts liés aux jeux en ligne. On peut choisir de regarder ces bouleversements technologiques comme une menace ou comme une opportunité. Nos enfants risquent de ne pas être en phase avec leur temps si nous les empêchons de s’impliquer dans le monde virtuel qui se dessine aujourd’hui. Ce ne sont pas les nouvelles technologies qui sont bonnes ou mauvaises, mais l’usage que l’on en fait. Il existe énormément de sites qui apportent une aide précieuse pour accompagner les jeunes dans l’utilisation des nouvelles technologies
  2. Eviter les télés et les ordinateurs dans les chambres (placer plutôt l’ordinateur dans une pièce à vivre). Assurez-vous de regarder des émissions télévisions utiles avec vos enfants. Quand il y a une mauvaise scène dans l’émission ou dans la publicité, veillé à changer de chaîne ou d’éteindre la télévision pendant quelques secondes et la rallumer. La gestion du temps d’écran et l’apprentissage d’un bon usage d’Internet ne devraient pas échapper aux valeurs essentielles de confiance et de respect de la Discipline positive.
  3. Remplir ses obligations, préparer ses cours et faire ses devoirs d’école doivent demeurer des priorités dans l’utilisation d’Internet. Je rappelle que c’est à vous, au moment où vous achetez ses outils numériques, de réfléchir à la discipline que vous allez prescrire à vos enfants. Une discipline du juste milieu, ni trop lâche ni trop sévère.
  4. Décider ensemble les heures et modalités de la pause nocturne pour les portables et les écrans (boîte à portables entre autres, de 22h à 6h du matin par exemple). Certains jeunes sont sur leur messagerie une bonne partie de la nuit et se demandent pourquoi ils se sentent fatigués et grincheux le lendemain. Il est souvent plus efficace de responsabiliser que d’interdire.
  5. Imaginer une sorte de médiathèque parentale dans laquelle l’électronique serait rangé pour en sortir pendant les périodes limitées. Lorsque la confiance est au cœur de la relation, les jeunes sont capables de comprendre que leurs parents, dans la démarche de la vigilance qu’ils choisissent, veillent avant tout à leur sécurité. Ils savent aussi que leurs erreurs ne déclencheront pas les foudres parentales mais qu’elles serviront à devenir plus autonomes est responsables, en toute sécurité.
  6. Inviter le jeune à parler de ce qu’il voit et fait sur les écrans. En fonction de l’âge de nos jeunes, il peut être opportun d’avoir accès à leurs mots de passe, de faire partie de leurs amis sur leur réseau social, de faire avec eux un petit tour sur les outils qu’ils utilisent de façon régulière. Lorsqu’ils grandissent ces pratiquent de suivi deviennent plus délicates et sont souvent perçues comme intrusifs. Le dialogue et la recherche de solutions seront alors un prolongement des bonnes pratiques qu’ils auront déjà acquises.
  7. Eviter d’entrer dans la course aux dernières applications, qui s’avéreront inutiles ou vite obsolètesLe responsabiliser dans le choix et l’achat de ses applications, en l’incitant par exemple à économiser pour les financer.
  8. Etre conscient de son propre comportement dans ce domaine : n’oubliez pas, que si l’enfant voit ses parents perdre leur bon sens devant l’écran, il ne comprendra pas pourquoi il doit garder le sien. Donnez donc, vous-mêmes, l’exemple de la modération. Les jeunes apprendront plus facilement à s’autoréguler s’ils ont des parents qui leur montrent l’exemple en ayant un usage des écrans raisonnable et équilibré.
  9. Inviter les enfants à se mettre d’accord sur une routine d’utilisation qui permette à chacun, à tour de rôle, d’avoir accès aux écrans. Demander leur quelle est la politique concernant l’usage des appareils électroniques dans le règlement intérieur de leur école ou s’informer directement.
  10. Expliquer nos convictions et/ou interdictions : si on juge certains sites comme étant tout simplement nocifs, on peut prendre le temps d’expliquer à son enfant ce qui justifie notre opinion, être attentif à ce qu’il en pense et se mettre d’accord sur la conduite à respecter. Clarifier nos opinions et partager leurs intérêts : lorsque l’on a des doutes sur certains sites, certaines séries qu’ils regardent, certains jeux, on peut leur proposer de les regarder une fois ensemble ou de faire une partie afin de pouvoir avoir une discussion ouverte sur le sujet.
  11. Poser des limites claires et signaler à nos jeunes les comportements qui nous inquiètent. Si l’usage est excessif, on peut tout à fait le limiter en attendant de trouver un moyen de favoriser l’autorégulation avec eux. Encore une fois, ce qui marche pour certaines familles ou certains jeunes ne conviendra pas forcément pour d’autres. L’essentiel est de rester engagé dans une relation de qualité.
  12. Encourager les jeunes à utiliser des pseudonymes neutres ( Ne pas utiliser son adresse e-mail ou celle de sa famille) ne permettant pas de savoir s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille lorsqu’ils se rendent sur un forum de discussion.
  13. Envisager de façon ludique, un temps sans télé : une journée par semaine ou par mois qui laisserait le champ libre à davantage de discussions et à notre créativité? Lorsque vos jeunes veulent aller voir un film au cinéma, assurez-vous de faire une recherche suffisante pour les aider à choisir un film convenable qui ne comprend pas de scènes indécentes et  ni de langage grossier. Lisez les critiques des films et vérifiez auprès de ceux qui ont pu le voir. Demandez s’il comprend un langage grossier, des scènes de baisers ou des scènes avec d’autres situations sexuelles.
  14. Protéger en conseillant de ne jamais donner son nom, son âge, son adresse ni son numéro de téléphone; ni son mot de passe; de ne pas envoyer de photo personnelle; de ne pas essayer de rencontrer quelqu’un contacté sur Internet; ne pas répondre aux messages d’inconnus; ne pas croire que tout ce qui s’affiche sur l’écran est forcément vrai et ne rien acheter sur le net sans vérifier le sérieux du site…Le web contient des milliards de photos choquantes et de milliers d’internautes recherchant  une proie facile sur la toile, soyons donc vigilant.
  15. Ne pas s’attendre à ce que les jeunes respectent, en notre absence, les accords que nous avons passés avec eux. Si on s’aperçoit que leur usage des écrans est abusif en notre absence, on peut confisquer l’objet du désaccord et ne permettre son utilisation que lorsque nous sommes à la maison. Limiter les nuisances sonores dans la maison.
  16. Se rappeler que la possession et l’usage des appareils électroniques ne sont pas un « droit de naissance »! Avant de faire une nouvelle acquisition,, quelques étapes paraissent importantes : discuter de l’intérêt de s’équiper, de la contribution financière que chacun est prêt à faire, de l’utilisation et de l’entretien de l’appareil. Et le parent peut toujours se réserver le droit de refuser.
  17. Se rappeler que l’ingéniosité et la créativité des jeunes à déjouer les tentatives de contrôle parental sont immenses. Inutile donc d’investir des sommes folles, notamment dans les dispositifs de localisation : le portable pourrait sembler sagement à sa place mais en réalité loin de son propriétaire. C’est à partir d’un dialogue ouvert, doublé d’une volonté du parent de respecter le besoin d’intimité et d’indépendance du jeune, que la fonction parentale prend toutes ses dimensions : éduquer, soutenir, aider à devenir capable et autonome.
  18. Ne tolérez pas l’usage de langage grossier, la médisance, les mots calomniateurs, ni les paroles méprisables sortant de leur bouche ou par écrit (SMS, discussions sur facebook, spnachat..). Si l’un de vos enfants/jeunes s’engage dans l’un des éléments cités, arrêtez-le immédiatement et rappelez-lui que les musulmans n’utilisent pas ce genre de langage. Enseignez à votre jeune un vocabulaire approprié. Rappelez-vous également de rester calme en le faisant. Ne provoquez pas d’éclats de voix entre vous et votre jeune/enfant. Rester toujours courtois avec ses amis et les inconnus, tout comme lorsque l’on demande des informations : on répondra toujours gentiment et l’on sera surpris des aides que l’on peut obtenir.
  19. La télé réalité suit les mêmes règles que n’importe quelle émission : le parent a toujours la possibilité de vérifier qu’une émission est appropriée pour son enfant avant d’en parler ou de la regarder avec lui. Bien souvent le jeune utilise l’argument suivant  » Tous mes amis ont le droit, eux, alors pourquoi pas moi? » Rien ne nous oblige à céder à cette pression! Là encore il peut être judicieux d’avoir regardé l’émission avant d’en discuter avec notre enfant. Cela permet de poser un cadre, de parler des choses en connaissance de cause, de dire si oui ou non nous jugeons l’émission appropriée, et de se mettre d’accord sur quand et quelle fréquence il pourra la regarder. Chez les jeunes, le dialogue est souvent plus formateur que l’ordre quand il s’agit d’éduquer leur regard.
  20. Enseignez à vos enfants à dire régulièrement les Dou’a’ pour chaque occasion. De même à lui inculquer l’Amour d’Allah et Ses bontés. De cette façon, ils penseront toujours à Allah et à la façon de Lui plaire. Leurs pensées seront alors propres et centrées sur des sujets utiles. Une magnifique dua a faire le matin et le soir « Ô Seigneur ! Préserve-moi dans mon corps ; Ô Seigneur ! Préserve-moi dans mon ouïe ; O Seigneur ! Préserve-moi dans ma vue. » Citadelle du musulman

Action gestion du temps : Pendant 2 jours à partir de maintenant calculer le temps de connexion de chacun des membres de votre famille. Notez l’heure à laquelle vous vous connecté et à l’heure ou vous vous déconnecté. Notez les effets néfastes et les manquements que cela engendre dans votre quotidien. Puis essayer de diminuer le temps chaque jour en suivant les suggestions proposées ci-dessus. 

Avertissement

  • changement d’attitude : Râler, se lamenter, lutte de pouvoir sont les attitudes adoptées lors d’une cure des outils numériques. Ne cédez pas aux menaces et critiques de vos enfants. Profitez de l’été pour modifier radicalement de façon ferme et bienveillante les règles d’usages des écrans en posant des limites claires. Soyez patient car après les bouderies, son intérêt commencera à se porter sur ce qu’il pourrait bien inventer de nouveau à faire. L’essentiel n’est pas la réponse immédiate que le parent choisit face à une situation difficile mais la démarche dans laquelle il s’inscrit pour aider le jeune à apprendre de ses expériences.
  •  cinéma : « C’est toujours un risque que de conduire au cinéma un enfant de moins de sept ans. Vous pourriez croire qu’un dessin animé convient certainement pour distraire un enfant plus jeune et lui faire passer un moment agréable… Souvenez-vous qu’un enfant de quatre ans ou cinq ans n’est pas capable de distinguer le réel du fictif… La règle la plus sûre est de ne jamais emmener au cinéma un enfant de moins de sept ans, sauf si l’on connaît le film et si l’on sait qu’il ne contient  aucun élément effrayant. Evitez également d’emmener au cinéma un enfant plus âgé particulièrement impressionnable. » conseil du Dr. Benjamin Spock dans son livre « Comment soigner et éduquer son enfant » p351

Pour finir chaque génération à ses défis, et celui de la révolution numérique n’est pas des moindres! L’objectif poursuivi au fil de ce blog et des idées qui y sont suggérées, est de saisir les difficultés qui se présentent au quotidien pour en faire des opportunités et en profiter, par la même occasion, pour mieux connaitre nos jeunes. Et qui sait, ce sera peut-être aussi l’occasion pour nous de progresser dans notre utilisation personnelle des nouvelles technologies. Même s’il leur arrive de nous agacer, les jeunes peuvent aussi devenir des « profs » motivants dans nos apprentissages et détenteurs d’un savoir que nous n’avons pas. Admettons-le : qui nous donne volontiers un coup de main pour télécharger une photo, une vidéo, sur notre téléphone ou ordinateur? Le jour où nos jeunes quitteront le giron familial, où en serons-nous dans l’acquisition de ces compétences? Aurons-nous été de « bons » élèves? Parce que, si ce n’est pas le cas, nous risquons fort de devoir faire appel à des spécialistes.

Exprimez-vous et partager avec moi vos conseils et astuces pour réguler l’hyperconnexion de vos enfants/jeunes en commentaire ci dessous 🙂

Sur ce, bonne réflexion. Prenez soin de vous, de vos enfants, de votre foi et à lundi prochain si Dieu le veut 🙂

Ecrit par Mariama, éducatrice de jeune libre et clairvoyant.


Votez en commentaire pour les prochains articles :

  1. Motiver les jeunes? C’est possible!
  2. Comment protéger son jeune des mauvaises fréquentations?
  3. Vacances! Comment occuper mon temps?
  4. Autres, faites moi part des thématiques que vous souhaitez qu’on échange?

Pour une intervention, allez à la rubrique intervention


Téléchargez votre livre offert -Deviens Meilleure- pour changer de regard sur notre monde 🌎

Devenir meilleur couverture 1

[contact-form-7 id= »708″ title= »Livre numérique deviens meilleure »]

À lire / Mes écrits sont tirés de ces ouvrages :                                                    

→ »La discipline positive pour les adolescents » de Jane NELSON & Lyann LOTT → »Adolescents musulmans, guide pratique aux parents » Du Dr Ekram et Dr Mohamed Rida BESHIR et « L’adolescent : le comprendre et le guider. du Dr. qabdulkarim BAKKAR


Maintenons le lien :

cropped-LN.jpg

Facebook →ansariya, éduquer la nouvelle génération ou mon compte perso Mariama AH 

Instagram → ansariya_éducatrice 

Mail → ansariya.mariama@gmail.com

Que la paix soit sur vous, je suis Mariama Öztürk épouse et maman de 3 filles. Auteure du blog Ansariya, ici je vous partage des stratégies utiles pour éduquer les adolescentes. Abonnez-vous à ma chaîne Youtube Ansariya pour ne rater aucune de mes vidéos éducatives. Et parce que dans tout ce que je fais, je crois en la remise en cause du système éducatif. Je crois profondément en une manière différente d'éduquer. Ma manière de remettre en question l'éducation est mon engagement à trouver et former les adolescentes qui travailleront à la réalisation de cette vision. Bienvenue dans la communauté ;)

2 commentaires sur “Nos jeunes sont-ils « hyperconnectés »?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *