Entretiens intimes et invocations d’Ibn ‘Atâ’ Allah as-Sakandari

Invocation : Ôh Seigneur, si opulent je suis pauvre. Comment donc, nécessiteux, ne le serais-je point?

Voici une très belle invocation d’Ibn ‘Atâ’ Allah as -Sakandarî, dans son magnifique ouvrage  » Paroles Sublimes, l’exégèse des sagesses ». Je vous propose de découvrir la sagesse de cet homme et son oeuvre autour de la psychologie spirituelle de l’être humain décrit dans le Coran et la sunna. Un livre d’une grande profondeur dont j’aimerais partager avec vous les entretiens intimes et invocations de l’auteur pour que nous puissions nous sauver des « vices intérieurs » de notre âme. En fin d’article je vous mets toutes les références avec l’objectif des Hikam. Bon voyage spirituel 🙂

L'être humain demeure quoi qu'il arrive dans un des états suivants : 

Le premier est celui dans lequel il se trouve lorsqu’il est gratifié par Dieu de richesses le mettant à l’abri du dénuement et lui prodigue tout ce dont il a besoin pour vivre. 

Le second état est celui dans lequel il se trouve lorsque Dieu l’éprouve par la pauvreté et le besoin, et qu’Il le plonge dans les difficultés.

Il peut sembler à celui qui est gratifié de ce premier état que cela fait de lui une personne riche qui n’a désormais plus besoin de personne. Cette idée, tout bien considéré, est en réalité une très dangereuse forme d’insouciance faisant obstacle à la connaissance de soi.

 

Entretien intime avec Ibn 'Atâ 'Allah

C’est pourquoi Ibn ‘Atâ ‘Allah commence son entretien et son invocation en se disculpant de cette illusion et en déclarant son état d’indigence vis-à-vis de Dieu quoi qu’il arrive. Il dit « Ôh Seigneur, pauvre que je suis, j’ai besoin de Toi, même lorsque Tu m’enrichis par l’argent et les biens matériels, et toutes les choses de valeurs. Car cette richesse est un état occasionnel dont tu me fais Toi-même la faveur, et je n’ai de moyen d’y accéder pas plus que je n’ai de moyen de m’y soustraire…Combien d’entre Tes serviteurs aisés furent appauvris par Ta volonté et combien de pauvres parmi eux furent enrichis. Tout état occasionnel est entre Tes mains : il T’appartient de le susciter ou de le faire cesser. « 

Alors Seigneur : si cependant que je reçois Tes faveurs et Tes dons, et que Tu me prodigues toutes les formes de biens, je demeure totalement dépourvu du pouvoir de les faire perdurer et de prolonger Ta grâce, ne serais-je pas davantage démuni si tout cela m’est ôté?!

Ma condition impose ainsi que je fasse l’aveu de l’impérieux et constant besoin que j’ai de Toi, que Tu me donnes ou bien me prives. C’est pourquoi, Ôh mon Maître, quoi qu’il arrive Tu me trouveras toujours bassement posté sur le pas de Ta porte à formuler mon incessante requête pour que perdure Ta générosité pour que Tu répondes à mes besoins. Je suis ainsi quoi qu’il arrive serviteur démuni et dépendant de Toi. 

Les Hikam d'Ibn 'Atâ 'Allah

« Les Hikam d’Ibn ‘Atâ ‘Allah ont failli être une révélation, et si l’on pouvait accomplir la prière en récitant un autre texte que le Coran, ce serait les Hikam. » Mohammad al-Bannânî (juriste malékite de Fès, m.1780) 

Les Sagesses (Hikam) d’Ibn ‘Atâ ‘Allah (m.1309) constituent assurément, au fil des siècles, le recueil de maximes spirituels le plus connu, le plus médité, et le plus commenté. Elles ont été traduites dans de nombreuses langues, « islamiques » -dont le tturc et le malais – et occidentales (en français). Elle proposent en effet sous forme de sentences lapidaires, dans un style libre mais usant souvent de la prose rimée, une pédagogie initiatique s’adressant directement à l’âme humaine. La psychologie spirituelle qu’y distille l’auteur reste d’une étonnante actualité pour tout chercheur de vérité. L’enseignement coranique et muhammadien s’y trouve tellement intériorisé et implicite qu’il nécessite peu de références formelles dans le corps du texte. Les Sagesses, oeuvre de la fin du XIIe siècle, parlent à tout humain contemporain parce qu’elles émanent d’une vision universelle de l’Islam et de sa spiritualité.

Cela fait plus de trois ans que j’étudie cet ouvrage composé en 3 tomes au sein de l’ISIO et je ne peux que vous le recommander vivement. 

Quel est l'objectif des Hikam ?

Le propos des Hikam est pour l’essentiel d’amener l’homme à connaître son âme, prolongeant ainsi une parole qui est parfois attribuée au Prophète -paix et bénédiction sur Lui –  : « Celui qui se connaît soi-même connaît son Seigneur ». Les Sagesses sont une école de vie au quotidien, pour chaque instant. L’objectif premier est de libérer son âme charnelle, son ego (nafs),« le plus grand ennemi », selon le Prophète -paix et bénédiction sur lui- de ses prétentions, de ses illusions, de ses projections… « Si tu hésites entre deux choses, choisis la plus déplaisante à ton âme et suis-la ; en effet, ne lui déplaît que ce qui est juste », écrit Ibn ‘Atâ ‘Allah. Seuls cette « désentification », ce déconditionnement de ce que nous croyons faussement être, permettront à l’âme de connaître sa vraie nature spirituelle, de se délivrer du « vice intérieur », comme le rappelle le cheikh Mohammad Saïd Ramadan al-Bouti, et ainsi de se concentrer sur Dieu seul. 

Si tu as +14 ans, inscris-toi au prochain atelier !!!

Abonnez-vous à la nouvelle chaîne Ansariya !!!

Ecoutez le podcast 100% GRATUIT pour apprendre à reconnaître vos émotions !!!

Sur ce ce je vous souhaite le meilleur ici-bas ainsi que dans l’autre monde. 

Mariama, votre sœur en humanité et en Dieu 

Merci de faire d’ANSARIYA votre outil éducatif 

Mariama Ozturk est une femme engagée dans l'éducation de la future génération par l'accompagnement des jeunes filles et la formation des parents et professionnels travaillant avec les jeunes.
Déterminée à inspirer les femmes à entreprendre librement leur éducation, elle partage son savoir-faire et savoir-être sur son blog Ansariya. Vous pouvez également retrouver ses conseils pour les Mumpreneurs sur AKBusiness !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *