Changer d’attitude parentale : le défi à relever!

Que la paix soit en nous 🙂

Élever vos enfants en utilisant des méthodes différentes de celles qui ont été utilisées avec vous, car ils sont créés pour une époque différente de la vôtre » Ali Ibn Abu Talib (ra)

Saviez vous que chaque année en  France, environ 18 000 mineures se retrouvent enceinte.

Chers parents en Islam et en humanité, les grossesses des mineures sont qu’un seul aspect négatif courant de l’environnement auquel nos enfants font face dans notre société. Le problème des relations amoureuses et sexuelles avant le mariage augmente de façon significative dans la vie de nos jeunes. Cela s’explique par la banalisation de la « culture porno » dans tous les espaces et des tabous installés dans notre communauté (lisez mon article stop à la pudeur exagérée). Ce qui amène nos jeunes à penser « Le sexe est tabou, ce n’est pas une bonne chose, on ne parle pas de sexe avec ses parents. »  En plus de ce constat amère, de nombreux autres défis surgissent dans la vie de nos jeunes : drogue, violence (physique et verbales), alcool et non-respect de l’autorité pour n’en nommer que quelques-uns. Il ne fait aucun doute que tous les parents doivent être concernés par ce fait, en particulier les parents qui s’intéressent au bien-être de leurs jeunes et ceux qui comprennent que les enfants sont une responsabilité envers Allah et qu’ils seront interrogés sur la façon dont ils les élèvent. Que nous soyons parents ou non, nous devons nous intéresser sérieusement au bien-être et au devenir des enfants de notre société. Quel parent n’espère pas au Jour du Jugement, pouvoir humblement répondre à la question de Dieu d’une façon positive et avec Sa grâce, dire : « Nous avons fait de notre mieux pour nous acquitter de notre devoir »? L’un des plus grand problème et souci qu’ont les parents aujourd’hui est d’élever des jeunes dans une société occidentale. Les parents se soucient de bien s’occuper de leurs enfants pour s’assurer que leurs jeunes n’aient pas de problèmes et qu’ils deviennent des personnes qui contribuent à la société et à l’humanité en général. Dans cet article je partage avec vous ma réflexion sur le stress qu’engendre d’avoir un jeune à la maison, quel rôle souhaitons nous avoir auprès de nos jeunes pour les aider à grandir en autonomie et à la fin je vous livre quelques suggestions pour changer d’attitude parentale. Bonne lecture et n’oubliez pas de garder confiance en Allah, Le meilleur des alliés dans l’éducation de nos enfants 🙂

Être parent de jeune est générateur de tension.

Le décalage qui sépare nos attentes de la réalité est générateur de stress. Quel espace sépare le jeune « idéal » du jeune « réel »? Nos rêves, ou ceux que nous avons pour nos enfants, nous empêchent sans doute d’imaginer par exemple que le jeune  » idéal » est en réalité un jeune qui a renoncé à son processus d’individuation pour devenir dépendant de l’approbation de l’adulte et du regard des autres. Que se passera-t-il le jour où ce jeune « idéal » fera une erreur? Comment réagira-t-il s’il pense ne plus avoir l’approbation de ses parents? Certains d’entres eux ne supportent pas la compétition lorsqu’ils grandissent, d’autres se sentent constamment sous pression et n’arrivent pas à faire face.

D’autres enfin démarrent leur processus d’individuation beaucoup plus tard , perdant ainsi de belles années à abuser de cette autonomie dont ils s’étaient sentis lésés dans un modèle de soumission trop étroit. Ils vivent une période de questionnement identitaire : « Qui suis-je? Suis-je à la hauteur? Quel est mon rôle? ». Les jeunes ont besoin d’être guidés, encadrés avec bienveillance dans leur processus d’individuation.

IMG_0148

Aujourd’hui les devoirs et les notes ont pris une importance démesurée engendrant stress, conflits et rébellion. Quel message reçoivent les jeunes lorsque nous clamons haut et fort l’importance que nous accordons à leur épanouissement et leur bien-être et qu’au même moment, nous contrôlons chaque étape de leurs apprentissages scolaires et sociaux, à grand renfort de séduction, de récompense ou de punition? Il y a de quoi provoquer une certaine confusion dans leur esprit, confusion peu propice à développer leur sentiment d’être capables. Notre défi est d’accompagner les changements rapides d’une société en mutation, de faire le choix d’une attitude nouvelle à la fois ferme et bienveillante sans confondre la bienveillance avec le laisser-faire. Cette option n’est pas celle de la facilité. Elle demande de rechercher au quotidien des solutions éducatives équilibrées, dans le respect de soi et de son jeune. Mais elle en vaut la peine si nous sommes persuadés que c’est une voie démocratique qui conduit à l’accomplissement de chacun. Nous devons faire le choix d’apprendre à insuffler à nos jeunes le sentiment qu’ils sont capables d’être acteurs de leurs relations et de leurs choix de vie. Pour cela, nous avons besoin de comprendre les nuances importantes qui séparent une attitude de contrôle ou de laisser faire, d’une attitude réellement fondée sur le respect mutuel.

« Pilote ou copilote »

stress

Peut-être que celui d’hier, le jeune d’aujourd’hui nous dit par ses comportements l’importance pour lui d’être seul maître à bord de cette vie qu’il veut piloter. L’amour, le soutien et l’acceptation de ses parents restent essentiels à son envol mais il défend farouchement ses choix comme un territoire personnel dont il entend être le souverain.

Nous sommes nombreuse à être tentés de piloter la vie de notre enfant, poussés par l’inquiétude de voir ce que nous avons le plus cher se blesser, se tromper, se retrouver en difficulté. Lorsque  les peurs gouvernent nos décisions, elles nous entraînent parfois dans l’inefficacité, la surprotection, et peuvent même susciter la rébellion. Être parents d’un enfants devenu un jeune adulte revient à adopter une posture de générosité en se rendant disponible, en affrontant avec eux les difficultés lorsqu’ils demandent notre aide. En d’autre termes, c’est accepter d’être un copilote dans la construction d’un avenir qui leur appartient.

Quel jeune adulte souhaitons nous avoir? Pour préparer nos jeunes à devenir des membres épanouis et autonomes de leur communauté, nous sommes invités à nous placer de leur coté et à faire davantage l’effort de rentrer dans leur monde. Parfois la certitude de savoir tables enjeux et ce qui les aide à cheminer vers une pleine réalisation d’eux-mêmes.

Lorsque l’enfant ne place plus ses parents sur un piédestal

Prenons le temps pour comparer le jeune que nous étions à la personne que nous sommes devenue. En quoi sommes nous différents aujourd’hui? Sommes nous plus responsables? Plus motivés? Moins égoïstes, avec une meilleure conscience de l’autre? Faire la liste des changements que nous observons peut nous aider à garder en mémoire que cette période n’est qu’un stade de développement dans le processus de maturation. Malgré la frustration parentale qu’elle peut générer au quotidien, avec le sentiment que cela ne finira jamais, pas de panique c’est juste une étape de la vie. Savoir observer cette recherche identitaire qui mène en quelques années à l’âge adulte peut apaiser nos inquiétudes de parent et nous invite à profiter davantage de notre enfant. Les comportements de jeunes ne sont en rien le reflet du parent que nous sommes ou des adultes qu’ils seront. Adopter de nouvelles attitudes pédagogiques (déclinaisons pratiques d’un changement de posture) permet l’enseignement des compétences essentielles sur le long terme. S’ouvre aussi la possibilité d’apprendre à être un parent en qui le jeune peut placer toute sa confiance.

Changer son attitude parentale peut relever du défi 

Il n’est pas facile de changer, surtout lorsque les conventions éducatives dont on souhaite s’éloigner se trouvent partagées par une majorité. Dans notre société, la norme disciplinaire s’apparente à de la micro gestion d’incidents et le système de récompense /retrait de privilège fait encore autorité aussi bien à l’école qu’en famille. Vouloir s’en extraire peut être perçu comme une faiblesse et nous expose au jugement des autres. Sans oublier le regard de nos propres jeunes qui ne sont pas toujours à l’aise avec nos tentatives pour les rendre plus responsables sans pour autant les punir. On pourrait même les entendre dire : « Vous ne pourriez pas être des parents normaux, comme les autres ?! » Les résistances font partie intrinsèque du changement.

Les changements de comportement intimement liés à cette phase de transition appellent chez nous des émotions « en miroir », qui révèlent la présence d’un jeune adulte dans notre quotidien. Nous devons être attentifs à ce que nous ressentons, à ces bulles d’émotions qui remontent à la surface de cette transition et nous disent mieux que les mots du jeune, avec les joies et les inquiétudes qu’elle provoque. C’est aussi une belle période d’apprentissage pour tous, source de joie et d’ouverture en confiance vers demain.

Voici 6 suggestions pour nous aider à entreprendre un changement d’attitude

Notre objectif consiste à développer nos forces, à réduire nos faiblesses et à essayer d’atteindre le juste équilibre pour les aider à grandir en autonomie et en compétences et à développer une attitude proactive qui leur permettra de faire face aux difficultés de la vie.

  1. Soyez honnête avec vous-même, les résistances :   voici trois étapes qui permettent d’accompagner notre changement d’attitude:
  • Comprendre l’intérêt d’un changement de paradigme et poser un regard nouveau sur l’interaction parent/enfant.
  • Acquérir des compétences nouvelles et se les approprier progressivement. Les vieilles habitudes reprenant facilement leurs droits, cette étape fait appel au courage d’être imparfait, à la capacité d’apprendre de ses erreurs, avec clairvoyance, et à la volonté d’essayer de nouvelles façon de faire.
  • Enfin, accepter le fait que lâcher le contrôle pour le partager dans la coopération peut être anxiogène. Quand on tente de convaincre son entourage que le contrôle est illusoire, que les outils du contrôle ne sont plus efficaces qu’avant et que l’on se heurte à des résistances, on se demande : « Mais pourquoi ne comprennent-ils pas que d’autres façons de faire seraient efficaces ? »

ACTION → Découvrez quelle est l’attitude parentale que vous adoptés dans l’article « attitudes parentales : que souhaitons-nous leur enseigner? » Puis faites une enquête sur vos réussites et vos échecs auprès de vos jeunes. Le but de l’enquête est de connaitre les points forts et les points faibles de l’éducation que nous donnons à nos enfants. 

2. Encouragez-vous , les bénéfices d’un changement de regard : La rébellion des jeunes se pose comme le signe d’une séparation saine avec les valeurs familiales, et pourrait ne pas être sources de tant d’inquiétude chez le parent. Le jeune cherche ainsi à définir ses propres valeurs. L’absence de rébellion pourrait révéler au contraire une absence d’individuation, une incapacité à tracer son propre destin. Quel beau cadeau pour tous que d’investir notre énergie à transformer les erreurs en opportunités d’apprentissage plutôt que de perdre notre temps  à essayer d’empêcher nos jeunes de se tromper en faisant de la micro gestion. L’inconfort accompagne souvent le changement. Il est aussi le signe que nous avançons dans la bonne direction. En effet, avoir recours à la punition, la surprotection, le « faire à la place de » peut nous être beaucoup plus familier et par conséquent plus confortable. Mais que nous enseigne alors la difficulté? Poser des limites, passer au-delà de réflexions des autres, parfois lâchées par notre entourage, ceci ne se fait pas toujours dans le confort. Décider d’adopter une attitude ferme et bienveillante, tournée vers l’avenir, demande un acte de confiance, ainsi qu’une vision claire des bénéfices à long terme. Ne pas attendre systématiquement des résultats immédiats à notre action éducative relève d’une posture de générosité! Nombreux sont les parents qui ont dû attendre un ou deux ans avant de voir les fruits de leurs efforts. N’est-ce pas là un véritable acte de confiance? ACTIONS → Dresser la liste de vos capacités dans l’art d’être parent et la façon dont elles peuvent profiter à vos jeunes.

3. Encouragez vos jeunes, nos interrogations. la transition entre l’enfance et l’age adulte est une période : impossible de changer son cours en s’opposant aux poussées hormonales ou au développent du cerveau. Restons calmes! Il est facile de tout remettre en question. La tentation est grande de revenir aux grands discours moralisateurs, de vouloir reprendre le contrôle, de resserrer la vis et de vouloir limiter le risque du manque de respect dont le jeune peut faire preuve à l’égard de l’adulte. Être parent de jeunes n’est pas facile mais choisir de « motiver » le jeune par un contrôle vertical et punitif risque d’envenimer les choses.

ACTION →Notez l’une de vos faiblesses. Quel message vos jeunes reçoivent-ils? Que pensez-vous faire cette semaine pour que ce message soit plus encourageant? Pouvez-vous leur dire « Je suis désolée » et adapter votre attitude pour réduire cette faiblesse? 

4. Parlez à des membres bien informés de notre communauté, particulièrement à ceux qui possèdent des connaissances islamiques et une expérience pratique dans l’éducation réussie de leurs enfants qui affichent de l’assurance et dont le comportement est exemplaire. Rencontrez-les régulièrement et allez chercher des connaissances provenant de leurs expériences.

5. Prenez une décision et informer votre jeune que vous avez décidé de changer de fonctionnement : décider de changer d’attitude parce que notre ancienne méthode n’est plus efficace (punition, voler au secours, etc.), reste un changement majeur qui mérite d’être expliqué au jeune. Il sait alors à quoi s’attendre; même s’il ne manquera pas de nous observer étroitement, pour voir si on va « cette fois-ci » tenir parole.

ACTION→ peu importe l’attitude parentale qui vous caractérise, décidez et faites-vous la promesse de ne pas protéger à l’excès, d’humilier ou d’exiger la perfection chez vos enfants. Ayez confiance en vous, après tout Dieu dit : « Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. » {Coran 2/286}

6. Utilisez ce blog : Utilisez les différents conseils et astuces partager dans ce blog afin de modifier et d’améliorer votre attitude parentale. Le but de ce blog consiste à nous aider à éduquer des enfants épanouis et vertueux qui démontrent une très bonne estime d’eux-mêmes. Mais aussi nous encourager à oser adopter une attitude parentale clairvoyante. Les Mères Clairvoyantes, savent que Dieu est aux aguets, elles savent qu’elles devront rendre des comptes et s’expliquer sur leurs œuvres, même du poids d’un atome, et même relativement à une pensée ou un regard. (j’essayerai d’éclaircir ce point important afin de combler les besoins spirituels de nos jeunes et toucher leur âme, si Dieu le veut)

ACTION →partager avec moi les attitudes de votre/vos jeune(s) qui engendrent en vous stress et colère? Ou une situation dans laquelle vous vous sentez piégé par vos enfants afin de vous aider à les éviter? (Les sorties, la pratique religieuse, les disputes entre frères et sœurs, la tenue vestimentaire, la participation à la vie à la maison, l’argent, les relations amoureuses, les études, les écrans, les amis…) 

Je reste à votre écoute et je vous donne rdv demain jeudi 25 mai pour échanger sur « L’art de vivre en famille ». Allez à la page Ateliers pour en savoir plus 🙂

Écrit par Mariama, celle qui vous accompagne dans l’éducation de vos jeunes.


À lireMes écrits sont tirés de ces ouvrages :                                                    

→ »La discipline positive pour les adolescents » de Jane Nelson & Lyann Lott → »Adolescents musulmans, guide pratique aux parents » Du Dr Ekram et Dr Mohamed Rida Beshir


Maintenons le lien :

cropped-LN.jpg

Facebook →ansariya, éduquer la nouvelle génération ou Mariama AH 

Instagram → ansariya_parent_clairvoyant

Mail → ansariya.mariama@gmail.com


Smile to the people you meet, you will find that smiling is contagious. :)

Ne partez pas sans vous inscrire à ma Newsletter.  Vous recevrez mes articles et mes interventions en avant première 🙂

[contact-form-7 id= »735″ title= »Newsletter »]
Mariama Ozturk est une femme engagée dans l'éducation de la future génération par l'accompagnement des jeunes filles et la formation des parents et professionnels travaillant avec les jeunes.
Déterminée à inspirer les femmes à entreprendre librement leur éducation, elle partage son savoir-faire et savoir-être sur son blog Ansariya. Vous pouvez également retrouver ses conseils pour les Mumpreneurs sur AKBusiness !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *