C’est de la faute des parents !

C’est de la faute des parents !

Le Prophète (psbL) a dit : « Un parent ne peut rien léguer de mieux à son enfant qu’une bonne éducation  » (rapporté par Al Boukhari )

Que la paix soit sur vous et sur le monde, mes chères sœurs en Dieu et en humanité

Comme vous avez pu le constater être mère à notre époque est l’une des plus belles expériences de la vie, mais peut être aussi une des plus difficiles. Ce qui me révolte le plus dans le fait de devenir mère, c’est que de nombreuses personnes blâment les parents pour les problèmes des jeunes et les plaintes que ces derniers semblent causer à la société. Violence, échec scolaire, non pratique des prescriptions de Dieu… « C’est la faute des parents ». Trop souvent j’ai entendu cette phrase lorsqu’un jeune rencontre des problèmes. Il est bien facile de mettre sur les bancs des accusés les parents. Les chefs politiques et les officiers de police accusent les parents d’éduquer des racailles. Si l’enfant ne réussit pas ses études ou s’il abandonne l’école, les professeurs et les administrateurs auront tôt fait de dire que c’est la faute des parents.


Mes interrogations ?


Mais d’un autre côté, qui cherche à aider les parents ? Fait-on des efforts pour permettre aux parents de réussir dans l’éducation de leurs enfants ? Où les parents peuvent-ils trouver du soutien et des conseils sans être jugés? Les paroles du médecin Français Edmond Demolins résume en quelques mots mes pensées, il a dit :  

A bien y regarder, je me suis rendu compte que la plupart des causes de maladies humaines, physiques et psychologiques, provenaient du manque d’éducation. Je préfère éradiquer le mal à la racine, en arracher la cause première plutôt que de passer du temps à soigner ce qui en résulte : mieux vaut en effet prévenir que guérir. Ce faisant, je ne doute pas m’occuper d’un travail moins important pour l’humanité car il en va de même de la thérapie des nations et celle des individus ».

Après 4 ans de terrain à accompagner les jeunes filles, certaines mères sont venues s’adresser à moi en toute confiance dans l’espoir de trouver des réponses. Je me rends compte du besoin émis par ces femmes : être comprise sans être jugées et avoir les moyens pour mieux comprendre et guider nos enfants. Parce qu’a travers leurs interrogations, leurs peurs et doutes, je me sens aussi concernée et touchée. C’est donc dans cet objectif que je nous propose ce blog. Dans ce premier article vous y trouverez les livres que j’ai pu lire et les choses à ne pas faire dans l’éducation de nos enfants. Ainsi que mes sentiments. Bonne lecture 🙂


Les paroles de l’imam Al – Ghazâlî

 L’enfant est un dépôt confié aux parents. Son cœur pur est une pierre précieuse, innocente et vierge de toute marque et idée. L’enfant est sensible à toute empreinte et réceptif à tous ce qu’on lui présente : s’il est conditionné au bien et en connait la notion, il grandira en conséquence. Son père, tous ses enseignants et formateurs connaîtront alors le bonheur dans le bas monde et dans l’au-delà. S’il est conditionné au mal négligé tel une bête, il connaîtra le malheur et se perdra. La responsabilité en incombera à ses tuteurs et à ses maîtres. »

Compte tenu de ces éléments, mes chères sœurs en Dieu et en humanité, vous voyez que la responsabilité majeure incombe aux tuteurs et aux enseignants, étant donné que c’est dans leurs mains que reposent la formation morale et la future ligne de conduite des enfants voire de la société.

Lire pour comprendre

Pour pouvoir traiter d’un sujet quelconque, nous devons comprendre le sujet en question et apprendre tout ce que nous pouvons dessus. L’Islam encourage la connaissance en tout, au point où le premier verset qui fut révélé dans le coran parle de l’outil le plus important de l’acquisition de la connaissance, à savoir la lecture : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé. » [Coran 96/1]. 

Lire permet de mieux comprendre notre rôle de parent et de déculpabilisé de la pression qu’on se donne et que l’on reçoit de l’extérieur. Le Docteur Fitzhugh Dodson, dans son livre « Tout ce joue avant les 6 ans », nous informe que « Faire » un enfant ne nous donne pas automatiquement la sagesse et l’efficacité nécessaire dans l’art d’être mère. Pour bien exercer cet art, il est essentiel de savoir comment les enfants grandissent. Que beaucoup acquièrent cette connaissance par expérience, au prix de nombreuses erreurs. Or, certaines de ces erreurs peuvent être évitées si l’on est quelque peu informé à l’avance du chemin que tous les enfants doivent parcourir jusqu’à leur complet développement. La plupart des parents ont à leur disposition des notions générales sur le comportement de l’enfant, mais ce que nous recherchons surtout ce sont les conseils précis, ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Ces conseils précis, ce livre les dispense généreusement. L’auteur nous dit que :

L’amour d’une mère pour son enfant est plus important que toute la documentation scientifique. Et l’amour d’une mère pour son enfant est plus important que tout le bon sens qu’elle peut montrer en l’élevant. Vous pouvez certains jours hésiter en face d’un problème posé par votre enfant. La science et le bon sens peuvent vous dire une chose alors que votre cœur vous en dit une autre. Croyez-en ce que dit votre cœur ! »

Il insiste sur le fait que chacun de nos enfants est une combinaison unique de gènes qui n’a encore jamais existé sur cette terre et ne se rencontrera jamais … Ce que nous pouvons faire de plus important pour notre enfant est de nous tenir à l’écart et de laisser s’affirmer sa personnalité unique que se trouve en puissance au fond de lui-même et qui est en train de se révéler.

tout-ce-joue-avant-6ans

Le Dr.Fitzhugh Dodson met l’accent sur le fait que la société contemporaine n’assure pratiquement pas l’apprentissage du métier de parent car oui, être parent est un métier, comme le dispose le Larousse dans sa définition du métier qui est une « fonction permanente possédant certains caractères d’une profession (pratique, expérience, responsabilité…) Et pourtant l’enfant n’aura jamais de professeurs plus influents. Il affirme que dans notre société aucun métier n’est plus complexe que celui qui consiste à être ainsi vingt-quatre heures sur vingt-quatre à la fois ce psychologue de l’enfance et ce professeur qu’on nomme parent. Pour nous tous, être parent est un apprentissage permanent. Chacun de nous doit apprendre ce métier sur le tas, mais nombreux sont ceux qui accueilleront avec reconnaissance l’aide efficace que leur apportera ce livre essentiel.

Avez-vous lu le livre « L’art d’être parent en occident » des Dr. Ekram et Mohamed Beschir?

Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à aller l’acheter et à le lire ! Dans la préface de ce livre le professeur Tariq Ramadan explique que les auteurs ne négligent aucun des principes supérieurs de la foi, de la pratique et de l’éthique islamique mais ils les pensent dans la dynamique d’une éducation basée sur l’écoute, l’évolution, la confiance et surtout l’amour. Il importe d’écouter les besoins de l’enfant à la lumière de son environnement, de lui faire assimiler et comprendre les choses par elle/lui-même et de privilégier, en toute circonstance l’écoute et le dialogue. Donner à l’enfant sa place : être à l’écoute de ses besoins, de ses questions et de ses doutes. Lui donner les outils de la confiance en soi, de la foi autant que de l’esprit critique.

lart-deduquer

Ils insistent sur la connaissance du contexte quant à la transmission des principes moraux. Avec nos enfants, nous avons à faire à des cœurs, des esprits, des psychologies qui interagissent avec un environnement pas toujours facile. Il faut en tenir compte, comprendre les situations et prévenir les crises.

Le travail des auteurs consiste à traduire la complexité en simplicité et d’offrir un cadre clair et des mises en pratiques très accessible. Il s’agit de penser à l’exemplarité parentale, la maîtrise de ses peurs, la gestion de son temps, le don de ses sentiments, le contrôle de ses jugements et de sa langue et l’exercice de la patience. Et oui, il n’est pas facile d’être parent aujourd’hui.

Cet ouvrage souligne, page après page, sur le rôle des conjoints et leurs engagements nécessairement communs. Le besoin du père, bien au-delà de l’expression de l’autorité est central : dans l’écoute, la protection, la présence, l’amour et la complicité. Pour les filles comme pour les garçons. L’exemplarité prophétique est ici cruciale et critique : on tend à l’oublier. Papas, n’oubliez pas d’être, de devenir et de rester pères !

Nos enfants nous apprennent à devenir des adultes confiants, responsables et attentifs. En tant que parents, à la lumière des enseignements islamiques, nous devons respecter leur enfance, leur rythme, leurs questions et leurs besoins. Il faut que nous apprenions à accompagner et à aimer. À prier également, pour ceux que l’on accompagne. Et ne jamais hésiter à leur dire enfin « je t’aime » et offrir cette chaleur de l’amour à son enfant. C’est peut-être l’une des clés du merveilleux secret de l’éducation.

Les choses à ne pas faire :

  1.  N’oubliez pas d’apprendre l’art de l’éducation islamique : cet apprentissage devrait de notre part être considérée comme obligatoire. Il est possible de réussir l’éducation lorsque le Coran et les enseignements du Prophète Mohammad (paix et bénédiction sur lui) en constituent l’essence fondamentale. La responsabilité principale de l’éducation nous incombe toujours, même si les mosquées et les écoles musulmanes jouent un rôle important. L’éducation islamique de nos enfants devrait constituer l’aspect le plus important de notre vie.
  2. Ne négligez pas l’environnement qui vous entoure : nos enfants vivent et interagissent avec toute la société qui domine dans les écoles, les centres commerciaux, les quartiers et donc dans tous les endroits qu’ils fréquentent. Notre première démarche en tant que parent responsable, consiste à reconnaître l’environnement dans lequel ils évoluent et à comprendre ainsi les répercussions qu’ils provoquent sur leur comportement de façon à pouvoir ensuite contrebalancer leur influence avec efficacité.
  3. N’écoutez pas pour répondre mais écouter pour comprendre : pratiquer l’écoute active. Le premier besoin de l’enfant/jeune adulte est de communiquer et d’être compris. Pour réussir à satisfaire ce besoin, d’abord et avant tout, on doit apprendre à écouter de façon efficace. Aïcha a rapporté que le messager d’Allah communiquait de façon à ce que tous ceux qui l’écoutaient puissent bien le comprendre. [Abou Dâwoud]

Mes sentiments

J’ai peur, certainement comme vous, du monde dans lequel nos enfants vont grandir, ce monde où tout va trop vite, où l’éthique, la moralité et les valeurs humaines disparaissent chaque jour pour laisser place à l’individualisme, l’égoïsme et j’en passe. Cependant, je garde espoir et j’implore le Riche, l’Unique, le Pourvoyeur de nous venir en aide et de faire de nos enfants des guides pour les gens qui Le craignent. Alors n’abandonnons pas et restons fièrement connecté au câble d’Allah.

Seigneur, fais-moi don d’une [progéniture] d’entre les vertueux». [Coran 37/100

J’espère que ce premier article vous apportera un peu plus de paix dans votre cœur, n’hésitez pas à me faire part de vos sentiments, en m’informant de ce que vous avez aimé ou pas ? et si vous avez des astuces et conseils à partager avec moi, rajoutez les en commentaires ci-dessous.

PS : Ce blog est un espace où chacune est libre de s’exprimer sans jugement, avec respect et courtoisie. Veillons dans nos commentaires à respecter nos points de vue et  vécus.  

Prenez soin de vous, de votre famille et de votre FOI ♡

Mariama, celle qui demande toujours le bien pour toi. 🙂

Lectrices engagées →Inscrivez-vous à ma newsletter ici↓ et recevez mes articles en avant première. 

[contact-form-7 id= »735″ title= »Newsletter »]
Mariama Ozturk est une femme engagée dans l'éducation de la future génération par l'accompagnement des jeunes filles et la formation des parents et professionnels travaillant avec les jeunes.
Déterminée à inspirer les femmes à entreprendre librement leur éducation, elle partage son savoir-faire et savoir-être sur son blog Ansariya. Vous pouvez également retrouver ses conseils pour les Mumpreneurs sur AKBusiness !

2 commentaires sur “C’est de la faute des parents !”

  1. Assalam anlaykoum !
    En tant que maman d’enfants encore en bas âge, c’est vrai que plus mes enfants grandissent, plus je me pose des questions sur la meilleure manière d’éduquer nos enfants dans ce monde dans lequel nous vivons! Être Parent ne s’improvise pas, et en même temps il n’existe pas de formation pour cela… Merci pour ces conseils de lecture, je recherchais justement des ouvrages permettant d’apprendre à aider nos enfants à révéler le meilleur d’eux-mêmes. Et biensur n’oublions pas les invocations, qu’Allah nous facilite cette responsabilité qu’est la nôtre de donner la meilleure éducation possible à nos enfants.

    1. Walaykum salam, Nassima, oui je suis d’accord avec toi, c’est pas facile d’avoir des enfants en bas âge, moi aussi je me pose encore pleins de questions sur la meilleure manière d’éduquer nos enfants. Le fait d’avoir lu ces ouvrages m’a permis de relativiser et de continuer à apprendre pour mieux guider nos enfants dans ce monde qui va trop vite et qui nous en demande trop. Je t’invite à les lires et me faire part de tes réflexions et de tes conseils afin d’évoluer ensemble, qu’en penses tu? Je suis ravie de te compter parmi les lectrices d’Ansariya.com. Prends soin de toi de ta famille et surtout de ta FOI 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *